Pouvons-nous encore parler de « social » en restant aimable ?

Je suis intimement persuadé qu’il faut montrer la pauvreté, la misère que l’on rencontre dans notre quotidien. Parce que cela nous interpelle, nous aide à ne pas nous blaser, à ne pas banaliser l’inacceptable.

Parce qu’ une photo témoigne, elle nous invite à la réflexion, elle nous rapproche du sujet, de cette misère qui n’est pas réservée qu’aux autres et qui pourrait un jour où l’autre nous atteindre.

Et c’est en cela que la photo ne tombe pas dans le voyeurisme.

Je suis sensible au fait de la dignité humaine, mais ma démarche est de témoigner, de notre place dans notre société, de notre quotidien.

Ses photos montrent aux politiques leurs échecs !

Que penser d’une société qui ne s’occupe pas de ses citoyens les plus faibles, de ses personnes âgées ?

Pouvons-nous encore parler de « social » en restant aimable ?

Sommes-nous encore au pays des droits de l’Homme ?

Quelles solutions pouvons-nous apporter ?

Une société qui ne respecte plus ses citoyens est une société sans avenir.


 

Click here for a music trip

One comment on “Pouvons-nous encore parler de « social » en restant aimable ?
  1. CAF Paris dit :

    Je suis bien d’accord, rendons les visibles et arrêtons de nous voiler la face ! Marie